Génération 30 : Les Z'Ailés

Après un brainstorming de plusieurs idées de thèmes, « Vie d’ange » a été voté à l’unanimité.

Traditionnellement, un rituel est inventé par chaque groupe.
Celui des Z’Ailés a consisté à créer durant la semaine des ailes qui étaient chaque mercredi matin présentées au groupe et accrochées sur un panneau.

 

 

L’exploration des espaces célestes nous a amenés à imaginer les habitants de ces terres inconnues.

Galerie de bouilles d’anges :

 

Devant ces bouilles d’anges sans abri, il nous est apparu nécessaire de leur créer des habitations auxquelles nous avons apporté des couleurs chatoyantes.

 

Le spectacle

« Vie d’ange, ou les tribulations de Célestin Tamarre »

Texte intégral

Une récitante, le Mutange, nous présente le village au-delà des nuages où l’aventure de Célestin Tamarre, catapulté au pays des anges, commence.

 


                         

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est alors que Célestin rencontre Madame Poub-aile, une femme de ménage, qui l’accompagne chez le syndic qui le rabroue parce qu’il n’a pas le temps.

Célestin erre dans le village et s’arrête dans le parc de la mare aux canards.

Entre-temps, le syndic, pris de remords, décide de récolter des fonds en organisant une kermesse. Il contacte immédiatement sa grande amie Bella, la rockeuse à la belle voix, qui accepte aussitôt en roucoulant et en se tournicotant les couettes.

Au parc, Célestin qui prie les humains, est interpelé par la statue de Cupidon qui l’envoie chez la célestothérapeute.


Cette dernière, de prime abord un peu froide, laisse Célestin s’appuyer sous son aile et lui demande quels sont ses rêves.

 

Célestin se blottit contre la célestothérapeute et pose sa tête sur son épaule. Elle se raidit.
Ils chantent (air « J'ai encore rêvé d'elle » d"Il était une fois")

 

A peine a-t’il terminé le récit de son rêve, que la célestothérapeute se lève brusquement et Célestin apprend qu’il lui doit « 150 balles ».

Il se retrouve démuni dans le village et croise à nouveau le syndic qui, tout heureux, lui annonce la kermesse et que Célestin peut aller chez la styliste, Elle-peine-et-loupe, se choisir des ailes qui seront payées avec l’argent récolté.

 

Alors Célestin se retrouve avec des ailes et il rencontre Mickey l’ange, le préposé aux habitanges, qui lui dit qu’il doit revenir immédiatement sur terre.

Et voilà Célestin à nouveau catapulté sur terre où il fait un terrible constat :

 

Célestin est assis sur un banc comme pour la première scène.
Il regarde autour de lui, se touche le dos et sent qu'il a toujours ses ailes

 

Un balayeur chantant à tue-tête sa demande de promotion sans faire attention à Célestin.

 

(air « J'aurais voulu être un artiste » de Daniel Balavoine)

 

Pendant ce temps au pays des anges le syndic commence la kermesse…
Alors que les premières notes de musique s’élèvent, la troupe revient sur scène pour danser puis saluer le public qui l’applaudit chaleureusement !